Allergie

Dr Philippe Auriol

 

   Index | Mécanismes | Maladies Allergiques | Bibliographie

 
Les polynucléaires éosinophiles, cellules inflammatoires

 

Les polynucléaires éosinophiles sont des celllules clés de l'inflammation allergique. Elles représentent de 2 à 5% des leucocytes circulants (350 éléments par mm3 environ) impliquées dans la défense antiparasitaire, elles sont également impliquées dans l'inflammation allergique. Leur répartition est surtout tissulaire car la fraction que l'on voit circuler ne représente que 1% du nombre total qui est en transit pendant 3 à 8 heures au sortir de la moëlle avant de trouver à se déposer dans les tissus (intestin, poumon, peau, utérus) où elle vivra une dizaine de jours...

Leur taille varie de 12 à 14µ,. Elles présentent un noyau bilobé ainsi que de nombreux granules qui se colorent avec de l'éosine (d'où leur nom).

A l'instar des mastocytes et basophiles que nous avons vus, l'éosinophile s'est vu fort bien nanti par la nature puisqu'il dispose de tout un arsenal en vue de détruire les parasites qu'il pourrait rencontrer.

On y distingue les substances granulaires et les substances membranaires.

Granulaires Propriétés
MBP(protéine basique majeure) Protéine cytotoxique (épithélium, parasites, cellules tumorales), histaminolibératrice
EPO (peroxydase éosinophilique) Cytotoxique en présence d'H2O2 et d'ions halogènes (cellules pulmonaires), histaminolibératrice
ECP (protéine cationique éosinophilique) Cytotoxique (parasites, système nerveux, coeur), histaminolibératrice, inhibiteur de la prolifération lymphocytaire
EDN/EDX (neurotoxine) Cytotoxique (système nerveux, parasites), inhibition de la prolifération lymphocytaire T

 

Membranaires Propriétés
CLC (cristaux de charcot Leyden) Lysophospholipase qui forme des cristaux hexagonaux caractéristiques au microscope
Enzymes Collagénase, catalase, arylsulfatase, histaminase, phospholipase D

Ces substances semblent avoir un rôle d'amplification de la réaction allergique avec histaminolibération auprès des mastocytes et basophiles, hyper-réactivité bronchique dans l'asthme, etc...

La persistance d'une inflammation à éosinophiles au sein de la lésion d'allergie est donc le gage dune peau ou d'une muqueuse lésée qui pérennise l'inflammation allergique et de nouvelles sensibilisations. Dans l'asthme certains marqueurs biologiques récents sont parfois utilisés pour le suivi de cette inflammation comme l'ECP ou encore le NO expiré.

Le service le plus spécialisé en France dans l'étude des éosinophiles est le Service des Prs Dessaint et Capron, ils proposent une information plus complète sur les éosinophiles.

 

[retour en haut]

 

 


Avertissement aux visiteurs : Aucune suite ne sera donnée aux messages demandant un diagnostic ou une conduite à tenir face à certains symptômes. En cas de problème, consulter un médecin est la seule attitude à adopter. Pour toute aide ou assistance complémentaire en cas de maladie grave et/ou rare, renseignez vous auprès de votre médecin et des associations de malades.



   http://allergie.remede.org | m' écrire